MIDYAT


L'héritage culturel, laissé par des populations de culture et de religion différentes qui continuent aujourd'hui à vivre en harmonie, se retrouve dans les élégantes anciennes maisons et bâtiments publics aux façades sculptées, dans les églises, les mosquées, et qui font que la vieille ville de Midyat est un petit trésor d'architecture. Midyat est également réputée pour la fabrication de bijoux en filigrane d'argent appelés "telkari". Dans ses alentours se trouvent les Monastères et les Eglises du Turabdin.


TURABDIN

Le plateau du Turabdin, situé à l'est de Mardin, fut dès la fin du IVe siècle un foyer religieux syriaque-jacobite (également appelé syriaque orthodoxe), encore actif de nos jours, où furent érigés de nombreux monastères. Le plus célèbre d'entre eux est le Monastère de Mar Gabriel, également connu sous le nom de Deyr Ul Umur, fondé en 397 par Mar Samuel et Mar Shemun. Mais ce n'est qu'au VIIe siècle que le monastère fut appelé "Mar Gabriel" du nom d'un de ses évêques, Mar Gabriel (+668). Le monastère était et continue d'être le siège du Métropolite du Turabdin. Mar Gabriel est situé à 18 km à l'est de Mydiat sur la route Midyat-Idil.
Un autre monastère important est Mar Yakup (Nusaybin). Le monastère fut construit en 328 après la mort de Mar Yakup et lui fut dédié. Il représente un patrimoine historique et architectural considérable pour Nusaybin.
Le Plateau du Turabdin, avec ses monastères, était le
centre d'une communauté florissante qui parlait l'Araméen, la langue que parlait Jésus.
Parmi les nombreuses églises du Turabdin, l'une des plus belles et des plus intéressantes est l'Eglise de la Vierge Marie dans le village d'Anitli, 40 km à l'est de Midyat sur la route de
Dargeçit.

 
Mar Gabriel
Mar Gabriel
 
 
Anitli
Anitli
 
Prête syriaque-jacobite de nos jours et dans le passé




SANLIURFA


Les origines de Sanliurfa sont très anciennes puisque la ville est connue en tant que "Cité des Prophètes", car elle aurait accueilli Abraham, Job, Jethro et St Georges. Sa situation en Haute Mésopotamie, au point de confluence entre différentes civilisations, explique un passé riche et mouvementé. Baptisée "Hurri" qui signifie "caves" par les Babyloniens, elle entretint des relations avec les Mitaniens, les Hittites et les Egyptiens. Appelée "Osrhoe" par les Grecs et "Orhai" par sa population araméenne, les Macédoniens d'Alexandre lui donnèrent le nom d'"Edesse". Elle subit la suzeraineté des Séleucides, de l'Arménie de Tigrane, des Parthes, des Romains, des Perses Sassanides et des Arabes. Devenue chrétienne vers l'an 200, elle resta byzantine jusqu'en 1087, puis tomba aux mains des Seldjoukides puis des Croisés. A partir de 1098 et pendant cinquante ans, le comté d'Edesse avec Beaudoin de Boulogne (frère de Godefroi de Bouillon) joua un rôle important dans la lutte des Etats Francs contre l'Islam. Reprise par les Seldjoukides puis par les Mamelouks, elle fut incorporée tardivement à l'Empire Ottoman (1637).
Après la Guerre d'Indépendance, la ville a acquis le titre distinctif de "Sanli", qui veut dire Urfa "la glorieuse"
.

La ville est située dans une plaine au coeur d'une région en pleine expansion depuis la construction du Barrage Atatürk. Flâner dans les ruelles des anciens quartiers permet de découvrir des maisons traditionnelles à encorbellement s'articulant autour d'une cour.
Les spécialités (très épicées) d'Urfa sont le "Urfa kebab", et les "çig köfte" qui sont des boulettes de viande crue très épicées.

La Compétition Internationale de Voile du Barrage Atatürk à lieu chaque année en octobre dans la région.

Sanliurfa est reliée a Istanbul et Ankara par des vols quotidiens.

A voir dans la ville:

Ulu Camii, la Grande Mosquée, est la plus ancienne mosquée de la ville. Elle fut construite au XIIe siècle par Nurreddin, le souverain d'Halep en Syrie, sur l'emplacement d'une ancienne église dont le clocher fut réutilisé en tant que minaret auquel une tour de l'Horloge fut ajoutée à une période non déterminée.

 

Balikli Göl où les eaux de la Fontaine Callirhoé emplissent le Grand Bassin aux Carpes sacrées. Selon la tradition musulmane, c'est içi qu'Abraham reprocha au roi Nemrod et à ses sujets d'adorer des idoles. En réponse à l'insulte et au refus de suivre les croyances du roi, Abraham fut condamné à être catapulté dans un brasier du haut de la citadelle. Mais Dieu intervint, transformant les fagots du brasier en carpes et les flammes en eau, formant ainsi le Lac Sacré composé de deux bassins.

 
 
Vue sur la citadelle et le "Trône de Nemrod"
Les habitants d'Urfa nourrissant les carpes
La Mosquée Rizvaniye, Balikli Göl
et les carpes
Second bassin et le Trône de Nemrod
L'endroit où serait tombé Abraham
après avoir été catapulté dans le feu

Le second bassin est l'endroit où Zeliha, la fille de Nemrod qui supplia en vain son père de ne pas commettre son acte, se jeta. La catapulte du cruel roi Nemrod est représentée par deux colonnes corinthiennes s'élevant au sommet de la Citadelle. Les colonnes sont connues sous le nom de "Trône de Nemrod".

Rizvaniye Camii est la mosquée ottomane du XIIIe siècle se reflètant dans les eaux du bassin.

Halil ür Rahman Camii est la mosquée, qui avec son medrese, est située à l'angle sud-ouest du bassin. C'est à cet endroit que, selon la légende, Abraham serait tombé lorsqu'il fut catapulté dans le feu.

La Grotte d'Abraham: il existe deux grottes sur le côté nord de la Citadelle d'Urfa, et l'une d'elle, selon la tradition musulmane, est l'endroit où le Prophète Abraham serait né. Selon l'Ancien Testament, Abraham parti de Ur et en route pour Canaan, aurait fait halte à Urfa.

Firfirli Camii est l'ancienne Eglise des Apôtres.

Le bazar
est très animé et coloré, ainsi que les anciens hans (Gümrük Han, Barutcu Han) où se trouvent différentes corporations. Des kilims de bonne qualité y sont vendus à des prix très intéressants.

Le Musée Archéologique.

Les vieux quartiers avec leurs belles maisons traditionnelles.