TOPRAKKALE

L'imposante forteresse de Toprakkale fut bâtie par les Croisés sur une colline commandant le passage vers le sud méditerranéen et l'entrée de la plaine d'Issos (Dörtyol), là où Alexandre le Grand,en 333 av. J.C., écrasa l'armée perse de Darius III, s'ouvrant ainsi la route de la Syrie et de l'Egypte.
Mosaique d'Alexandre le Grand à la Bataille d'Issos
Musée de Gordion




PAYAS

Payas (Yakacýk) est un ancien port génois qui, après la conquête ottomane, continua d'être prospère jusqu'au XVIIIe siècle, lorsque qu'il tomba aux mains du pirate Küçük Ali qui rançonnait bateaux et caravanes. L'expédition punitive lancée contre lui détruisit en partie la ville. Mais de beaux exemples d'architecture ottomane du XVIe siè
cle ont été bien préservés : le complexe Sokullu Mehmet Pacha construit par le célèbre architecte Sinan, avec une mosquée et un medrese, un hammam, un bazar, un caravansérail. On peut y voir également la Cinkulesi (la Tour des Djinns).






ÝSKENDERUN

Ýskenderun fut fondée par Alexandre le Grand , après sa victoire sur les Perses, qui lui donna le nom d'Alexandrette. Iskenderun est aujourd'hui un port de commerce important. Ville moderne et agréable avec ses avenues bordées de palmiers, elle est située au pied des Monts Amanos.
Ses spécialités culinaires sont le "humus", une purée de pois chiches avec ail et paprika qui est servie froide en meze, et le "künefe", un dessert au fromage fondu qui se déguste tiède. Ses gambas sont très recherchées.

De très belles plages s'étendent au sud de la ville. A 31 km, Arsuz est la station balnéaire la plus importante de la région.






ANTAKYA (HATAY)


Séleucos Ier Nicator, un général d'Alexandre le Grand, après la mort de ce dernier, reçut la Phrygie, la Commagène et la Cilicie où, dans un endroit stratégique de la plaine fertile de l'Orontes (Asi Nehri), en 300 av. JC il construisit une ville qui vraisemblablement prit le nom de son fils Antiochos Ier qui en poursuivit la construction.
Au IIe siele av. J.C., la cité était à la fois un centre d'affaires et une ville de plaisirs où l'on vivait entouré d'un luxe exubérant. En 64 av.J.C., Pompée s'empara de la région qui fut déclarée province romaine. Antioche resta une ville d'une extrême importance. Elle joua un grand rôle dans la propagation du christianisme, car de nombreux Juifs expulsés de Palestine vinrent catéchiser la communauté juive de la ville, attirée par la prospérité de la ville du temps des Séleucides, ainsi que la population paienne. Barnabé, plus tard assisté par Paul, devint le chef de cette communauté dont les membres reçurent içi pour la première fois le nom de "chrétiens". Pierre y séjourna quelques années. Antioche subit des périodes de persécution comme par exemple sous Doclétien. Sous l'Empereur Constantin, le christianisme étant devenu religion officielle d'Etat, l'Evêque d'Antioche était alors considéré comme étant l'un des chefs spirituels de l'Eglise d'Orient. En 526 (et 528), Antioche subit un violent séisme qui détruisit considérablement la ville. Les Byzantins devenus incapables de garder le contrôle de leur ville, celle-ci fut tour à tour dominée par les Arabes, les Arméniens, les Seldjoukides, les Croisés, les Mamelouks d'Egypte puis par les Ottomans en 1516.
Après la Première Guerre Mondiale, Antakya fut placée, par mandat de la S.D.N .(Société des Nations), sous la tutelle de la France. En 1920 elle fut rattachée au Sandjak autonome d'Alexandrette, puis fut incorporée à la République de Turquie en 1939.
Aujourd'hui ville tranquille et pittoresque, Antakya possède l'une des plus riches collections de mosaiques romaines et byzantines du monde.


Le Musée des Mosaiques expose les extraordinaires mosaiques romaines et byzantines allant du Ier au Ve siècles de notre ère. A voir aussi les sarcophages, colonnes, statues, pièces de monnaie, vases...

Narcisse et l'Echo (IIIe S)
Dionysos éméché soutenu par une Ménade et un satyre (début IIe S)

Les Oiseaux et le Kantharos (IIIe S)


A voir dans la ville:

La vieille ville et le bazar.

La Mosquée Habib Neccar
était une Église franque qui a été transformée en mosquée.

Le pont romain
.

Haghios Petros Paulos
est un charmant sanctuaire syrien-orthodoxe du XIXe siècle.

La Citadelle
, d'où l'on jouit d'un superbe panorama sur la ville et la vallée.

La Grotte de St Pierre dans laquelle l'Apôtre Pierre aurait préché et où les premiers Chrétiens se réunissaient en secret , est considérée comme l'un des premiers lieux de culte chrétien. C'est un endroit unique datant du tout début de la propagation de la Foi Nouvelle, et donc sacré pour la chrétienté. Le Vatican l'a désigné comme lieu de pélerinage, considérant la grotte comme étant la première cathédrale. Chaque année au 29 juin, une messe spéciale s'y déroule avec la participation d'hommes d'église et de fidèles venus du monde entier.



A voir dans les environs d'Antakya:

Les Cascades d'Harbiye sont situées au sud d'Antakya, sur le site de l'antique Daphné parmi les cyprès et les lauriers. Là se situaient les "délices d'Antioche" qui consistaient en un bois sacré et un temple dédiés à Apollon, et qui était un lieu très fréquenté par les habitants d'Antioche. Il y était interdit de couper les arbres, car selon la légende, la nymphe Daphné poursuivie par Apollon qui était amoureux d'elle, pour échapper à son étreinte, avait été transformée en laurier par son père.

Le Monastère de St Siméon le Stylite le Jeune (521-592) se trouve au sommet du Saman Daðý. Durant environ vingt cinq ans, l'hermite vécut içi au sommet d'une colonne.

Samandað est la petite station balnéaire d'Antakya. A proximité se trouve l'antique Séleucie de Piérie (Çevlik), qui était l'ancien port d'Antioche. C'est de là qu'embarquèrent pour Chypre Paul et Barnabé lors de leur premier voyage missionnaire. La ville antique fut construite par Séleucos Nicator en 310 av. J.C., et était située à l'embouchure de l'Orontes (Asi Nehri) qui, à l'époque, était navigable.
La visite des ruines donne lieu à une agréable promenade bucolique le long du torrent, et à un beau panorama sur la plaine et la mer. On y découvrira:
- Les Remparts.

- L'Entrée Monumentale.
- Le Temple de Zeus.
- Le surprenant canal de dérivation, appelé aussi le Tunnel de Titus est taillé dans le rock. Ce canal était destiné à détourner les eaux du torrent lorsqu'il était en crue. Une inscription en attribue l'honneur à Vespasien et à Titus. Le canal étant aujourd'hui asséché, il est possible de s'y promener afin de découvrir le site et de jolis paysages.
- La nécropole rupestre.

 



Deux routes mènent d'Antakya vers la Syrie: à l'est vers le poste frontière de Cilvegözü (Reyhanlý) en direction d'Alep, et au sud vers Yayladaðý en direction de Lattaquié et du Liban.




KAHRAMANMARAS


Située à 78 km au nord-ouest de Gaziantep, l'ancienne Markasi fut, au XIIe siècle av.J.C., une capitale hittite de l'état de Gurgum. Des sculptures hittites sont exposées dans le nouveau Musée Archéologique qui se trouve à l'entrée de la ville sur la route d'Adana.
Les curiosités de la ville sont la Citadelle d'où l'on jouit d'une vue d'ensemble sur la ville, le bazar et quelques monuments islamiques : l'Ulu Camii (la grande mosquée) et le Taþ medrese, les mosquées Hatuniye et Bayezit du XVIe siècle.

Le nom d'origine de la ville est Maraþ, mais s'étant particulièrement distinguée durant la Guerre d'Indépendance, le titre de "Kahraman", qui signifie "héro", lui fut attribué.

La spécialité de la ville est la succulente glace "Maraþ Dondurmasý" épaissie et enrichie avec du "salep", une poudre de racines d'orchis qui lui donne une onctuosité spéciale et un goût délicieux. Cette glace a aussi la particularité d'être battue à la spatule. A déguster absolument cette glace très prisée dans toute la Turquie!