ÝZNÝK

Iznik, l'antique Nicée, est située au nord-est de Bursa au bord d'un lac du même nom. Ýznik a été fondée en 316 av. JC sous le nom d'Antigonosia par Antigonos et ensuite agrandie par Lysimaque . Ce dernier donna à la ville le nom de son épouse Nicea. Bythiniens, Romains, Goths et à nouveau les Romains s'y succèdèrent. Lorsque sous l'Empereur Constantin Ier le Christianisme devint la religion de l'état, Nicée fut désormais un important centre religieux qui abrita deux conciles oecuméniques en 325 et 787 en l'église Sainte Sophie dont il ne reste presque rien aujourd'hui. Le premier concile établit les dogmes de l'orthodoxie chrétienne (le Credo de Nicée) et définit le rôle de l'empereur comme chef de l'Eglise et de l'Etat. Le second fut convoqué par l'Impératrice Irene et son fils Constantin VI, pour que soit restauré le culte des images après la période d'iconoclasme .

La céramique émaillée a fait la prosperité de la ville au XVIe siècle, période de l'âge d'or de l'Empire Ottoman. La technique de la faience se perfectionna considérablement lorsque Selim I y fit venir des artisans de Tabriz (Perse).

Les remparts (d'une longueur d'environ 4,5 km) qui sont bien conservés, les nombreuses tours et les quatre doubles portes (peut-être à l'origine des arcs de triomphe), furent construits par les Romains et consolidés par les Byzantins.

La ville possède des monuments ottomans interessants: la Mosquée Verte, un Medrese, la mosquée D'Hacý Özbey et l'hospice de Nilufer Hatun dans lequel se trouve le musée.




Le musée
Mosquée Verte
Minaret recouvert de faiences