LE MONT ARARAT



Le Mont Ararat, le plus haut mont anatolien appelé Aðrý Daðý en turc, est un volcan culminant à 5 165m et dont le sommet est toujours enneigé. Sa dernière éruption remonte au 20 juin 1840. De nombreuses expéditions ont eu lieu, dont certaines ont eu pour but de retrouver les restes de l'Arche de Noé, qui aurait touché terre en cet endroit après le Déluge.

 

 

L'arche de Noé - Miniature



DOÐUBAYAZIT

Située sur les contreforts du Mont Ararat qui lui fait face, Doðubayazýt est la dernière étape turque sur la route de l'Iran.
Construite sur les ruines d'une forteresse ourartéenne, se dresse une forteresse seldjoukide qui domine la ville avec en contre-bas le charmant Palais d'Iþhak Paþa d'où l'on jouit d'un superbe panorama . Iþhak Pacha, d'origine kurde, fit construire le palais et la mosquée vers la du fin XVIIe, où les styles persan, arménien, géorgien, seldjoukide et ottoman se mêlent harmonieusement.



La route vers le Lac de Van, qui sur une portion longe la frontière iranienne, traverse un paysage désertique de pierres volcanique (laves).


Les Chutes de Muradiye, 80 km avant Van, est un endroit agréable pour se reposer et se restaurer.






VAN

La ville de Van est située à 1 700 m d'altitude sur la rive est du Lac de Van. Le plus grand lac de Turquie est une véritable mer intérieure couvrant 3 713 km2 et dont la profondeur atteint 100 m. A cause de la forte salinité de ses eaux, il n'y a pratiquement pas de vie dans le lac, les poissons se concentrant à l'embouchure des rivières. Une ancienne race de chat rare et typique de la région est le Chat Turc de Van (Van kedisi). Partout dans le monde, le chat de Van est reconnu comme étant un chat blanc et roux du fait de la présence de dessins roux sur le dessus de la tête et de la queue. Mais en Turquie n' est élevé que ce que l' on applle le vrai chat turc de Van à la fourrure blanche. Il peut avoir les deux yeux de couleur bleue ou ambre, où avoir un oeil bleu et l' autre de couleur ambre. C' est un beau chat amical, intelligent, loyal, vigoureux et vif. Fait assez surprenant, le chat de Van aime l'eau, et se baigne dans le lac. La forme de sa tête et ses poils mi-longs le distinguent de l'angora turc d' Ankara.

Van est reliée à Ýstanbul et Ankara par des vols quotidiens.


Van, l'ancienne Tushpa, la capitale du Royaume de l'Ourartou fondée au IXe siècle av. J.C. par Sarduri Ier, repoussa les attaques des Assyriens, mais fut conquise au VIe siècle av.J.C. par les les Mèdes puis par les Perses. Au Ier siècle av.J.C, la région devint le centre du Royaume Arménien constitué par Tigrane le Grand, puis un enjeu dans le long conflit entre les Romains et les Parthes, puis les Byzantins et les Sassanides. Suite à l'invasion arabe de 643, les Arméniens finirent par accepter la suzeraineté de Bagdad qui favorisa les Bagratides au détriment des Rechtouni. Les Ardzrouni, qui les remplacèrent, en firent l'une des principales villes du Vaspourakan qui tomba aux mains des Seldjoukides après leur victoire sur les Byzantins (Manzikert 1071), puis de Tamerlan (1387). Elle fut rattachée à l'Empire Ottoman en 1534. La ville ayant été dévastée lors des combats entre Turcs et Russes en 1915, une ville moderne a été reconstruite un peu plus à l'écart.


Avoir dans la ville:

La Citadelle était autrefois reliée à la ville basse par un escalier de 1000 marches taillées dans le roc. Ses fondations sont ourartéennes, mais des murailles arméniennes, seldjoukides, byzantines et ottomanes s'y sont superposées. Des inscriptions rupestres en caractères cunéiformes ont été gravées par les rois d'Ourartou, près d'une grotte où se trouvent des chambres funéraires. D'autres inscriptions en babylonien, en perse et en mède, ont été excutées en hommage au roi perse Xerxès. De la citadelle, il y a une magnifique vue sur le Lac de Van et la ville ancienne.

Hüsrev Paþa Camii est une mosquée située au bord du Lac.

Ulu Cami
,Kaya Çelebi Camii, Ýkiz Kümbet se trouvent tous dans la vieille ville.

Le Musée Archéologique et Ethnographique,
d'un grand intérêt, complète la visite des sites ourartéens.




TOPRAKKALE

L'ancienne Rusahinili, située, a 5 km à l'est de Van, fut la deuxième capitale du Royaume des Ourartéens, fondée par Rusa II. On y trouve les restes du Temple du Grand dieu ourartéen Haldi, de remparts, et une citerne.



L'ILE D'AKHTAMAR

Ne pas manquer la très agréable excursion à l'Ile d'Akhtamar qui permettra de faire une promenade " en mer " (la traversée dure vingt minutes) au départ de Gevaþ où se trouve un cimetière seldjoukide rempli de belles pierres tombales.
En plus de la visite de l'église, l' île d' Akhtamar offre aussi l' opportunité de se baigner, pique-niquer et admirer les superbes paysages environnants ( s' y rendre de préférence l'après-midi pour l'éclairage).
Au VIIe siècle, cette petite île servit de base aux Rechtouni qui cherchaient à se défendre des Byzantins et des Arabes. Plus tard, au Xe siècle, Gagik Ardzrouni roi du Vaspouran , y trouva plusieurs fois refuge et y fit bâtir un palais et l' Eglise Ste Croix , très bien conservée, dont les façades sont ornées de très beaux reliefs représentant des scènes empruntées à la Bible, le roi arménien Gagik, des animaux et de la vigne. Un monastère, aujourd'hui disparu comme le palais, servit de résidence aux patriarches de l'Eglise Arménienne entre 924 et 954.

Famille kurde en pique-nique



ÇAVUÞTEPE

La citadelle de Çavuþtepe, l'ancienne Sardurihinili située à 24 km au sud-est de Van, fut construite par le roi de l'Ourartou Sarduri II qui règna de 764 a 735 av. J.C. Au point de jonction entre la citadelle basse et la citadelle haute se trouve la porte principale. Dans la partie haute, il y a une grande plate-forme et un temple dédié au grand dieu ourartéen, Haldi, et dans la partie basse, des remparts de 4-5 m de haut, un palais, des dépôts, des écuries, de nombreux ateliers, des inscriptions en écriture cunéiforme...



HOÞAP

L'impressionnante forteresse, depuis un piton rocheux déja utilisé par les Ourartéens, surplomble le village, la rivière Hoþap et des paysages aux formations étonnantes. Elle fut construite en 1643 par Sar Süleyman, seigneur Mahmudi, lui-même sujet de l'Empire Ottoman. On y accède par un très beau portail sculpté.