LA GASTRONOMIE

La cuisine turque, riche et variée, est considérée comme l'une des meilleures au monde. C'est un heureux mélange des traditions culinaires d'un peuple essentiellement pastoral et d'acquisitions faites au contact du monde méditerranéen. La diversité des paysages et climats d'Anatolie a influencé la cuisine qui a développé des styles régionaux tout en gardant sa structure traditionnelle. Istanbul, qui est le centre de la gastronomie turque, est aussi associée à une "cuisine de palais". Dans les immenses cuisines impériales du Palais de Topkapi, les centaines de chefs cuisiniers des sultans ont développé et perfectionné des plats et des pâtisseries aux noms évocateurs tels que "cuisses de femme", "lèvres de la belle", "nombril de femme" ou encore "doigt de vizir"...
Afiyet olsun...! Bon appétit...!

On peut diviser les restaurants turcs en plusieurs catégories: les restaurants de spécialités de viande (kebabci, et yemekleri lokantasi), les restaurants de poissons (balik lokantasi), les tavernes (meyhane), les restaurants de cuisine turque ottomane (türk/osmanli), les restaurants de "lahmacun" (lahmacuncu) , de "pide" (pideci), de "manti" (mantici), de "börek" (börekci), de gâteaux turcs (tatlici), de desserts lactés
(muhallebici). Et aussi les "büfe" pour des sandwiches et boissons. Le "simit", qui est un petit pain rond aux graines de sésames vendu dans la rue par des ambulants, est consommé comme en-cas par la population locale.

 

Les principaux plats turcs sont les suivants:

Les soupes (çorba): de lentilles (mercimek), du mariage (ezo gelin), au yogourt et à la menthe (yayla), au blé concassé plus ou moins épicé (tahrana), de tripes (iskembe)...


Les hors d'oeuvres (meze) servis dans des petits plats se dégustent surtout le soir: la salade du berger (çoban salatasi), le fromage blanc (beyaz peynir), tous les légumes cuits à l'huile d'olive et consommés froids (zeytin yagli), les aubergines frites (patlican kizartma) ou en salade (patlican salatasi), l'aubergine farcie aux oignons et tomates froide (imam bayildi), les légumes farcis froids au riz (dolma), les haricots en salade (barbunya, pilaki, piyaz), concombre au yogourt (cacik), les moules frites (midye tava) ou farcies, le thon fumé (lakerda), les anchois séchés (çiroz), la viande de boeuf fumée et pimentée (pastirma), le poulet à la circassienne (çerkez tavugu), le foie dit "albanais" (arnavut cigeri)...

Dolmas froids
Variété de mezes
Variété de fromages turcs
Sigara böregi (börek)

Les plats chauds cuisinés à base d'aubergine: à la viande (musakka), en purée (hünkar begendi), farcie à la viande (karniyarik).

Les légumes farcis
chauds au riz et à la viande poivrons (biber dolmasi) aubergines (patlican dolmasi), courgettes (kabak dolmasi).

Le Manti: pâtes farcies au moutons et servies avec au goût ail et/ou yogourt.

Le Lahmacun: sorte de pizza extrêmement fine recouverte de viande hâchée, tomates et oignons.

Le Gözleme: pâte fine (yufka) fourrée avec du fromage et du persil.

Le Pide, pain plat délicieux peut être consommé nature ou fourré avec du fromage, de la viande ou des oeufs.

Les Börek, feuilletés farcis à la viande, aux légumes, au fromage blanc.

Le Pilaf (pilav) est un nourriture de base. Ses versions les plus courantes sont le pilaf de blé concassé (bulgur pilavi) cuit avec oignons, tomates et poivrons verts sautés dans du beurre, et le riz pilaf (pirinç pilavi) cuit au beurre. Ils accompagnent les plats de légumes ou de viandes.

Les pâtes (makarna) sont très consommées en Turquie et sont généralement servies avec du fromage, avec de la sauce tomate, avec de la viande hâchées ou tout simplement avec du yoghourt.

Makarna
Kebab au yoghourt

Le Kokoreç: ce sont des tripes grillées.

Les viandes (et) kebab: qui tourne (döner), en boulettes (köfte), en brochettes (sis). Des spécialités régionales aussi: les kebabs d'Urfa, Gaziantep, Adana (tres épicé), et le plus réputé qui est le Iskender Kebabi de Bursa, servi sur du pide (nature) avec une sauce tomate, du beurre fondu et du yogourt.
Le riz pilaf ou le blé concassé (bulgur) accompagnent généralement le kebab.

Viandes et légumes grillés (Izgara) avec du bulgur
Bar en papillote

Les ragoûts (güveç) de viande et de légumes.

Les poissons (balik): le turbot (kalkan), le petit bar (lüfer), le bar (levrek), la bonite et le pélamide (palamut), le maquereau (uskumru), l'espadon (kiliç), l'esturgeon (mersin), le rouget (barbunya), le mérou (orfoz), la sardine (sardalya),la daurade (çipura), le mulet (kefal), et l'anchois (hamsi), le poisson symbole de la Mer Noire, qui entre dans la confection de nombreux plats dont le börek, le pilaf, les desserts et même la confiture! Egalement beaucoup de crevettes, gambas, pieuvres, calamars...


Les desserts (tatli): le "baklava" (feuilleté imbibé de sirop de sucre ou de miel, fourré aux noix, aux pistaches ou aux amandes); le "kadayif" ( gâteau de vermicelle fourré accompagné de crème fraîche ferme, la "kaymak"); le "revani" (ressemble au baba); le "helva" (à base de sésame); le "irmik helvasi" (à base de semoule); le "asure" (pudding de Noé); les "kayisi tatlisi" (abricots fourés à la kaymak); les compotes (composto, hosaf); les puddings et laitages: "muhallebi", "keskül", "sütlaç", "kazandibi", "güllaç", "tavuk gögüsü" (à base de blanc de poulet); "dondurma" (glace); le "lokum" (loukoum); le "kestane sekeri" (marron glacé).

Les fruits (meyve): cerises (kiraz), abricots (kayisi), prunes (erik ), pêches (seftali), pommes (elma), melons (kavun), pastèques (karpuz), oranges (portakal), mandarines (mandalina), bananes (muz), pamplemousses (greyfrut), raisins ( üzüm), figues (incir), nèfles (malta erik)... sans oublier les fruits secs et les graines.

 

Les loukoums (lokum-turkish delights) font partie de la culture turque depuis le XVe siècle. Cependant, vers la fin du XVIIIe siècle lorsque le sucre raffiné fit son apparition, le confiseur Haci Bekir fut le premier à utiliser du sucre et de la fécule de mais au lieu de sirop de miel, de mélasse de raisin et de farine, obtenant ainsi une saveur et une texture différentes. Ce "rahat lokum" (littéralement un morceau de contentement) ou simplement "lokum", plus moelleux et plus translucide, eu tellement de succès auprès du sultan Abdülhamit Ier que ce dernier nomma Haci Bekir chef confiseur de la Cour Ottomane.
Les loukoums sont généralement fourrés à la pistache ou parfumés à la rose, au citron, à l'orange, à la menthe, au safran.
Ceux de petite taille sont généralement les meilleurs.



Les boissons:

Verres à thé turc traditionnels
Le raki est servi dans un verre cylindrique

Le thé (çay) que les turcs boivent dans des petits verres à toute heure de la journée.

Le café (kahve) turc qui est un véritable rituel, est servi sans sucre (sade), peu sucré (az sekerli), moyennement sucré (orta) ou très sucré (sekerli) et accompagné d'un verre d'eau. Bu par petites gorgée, il faut faire attention à ne pas avaler le marc qui se dépose au fond de la tasse!

Moulin à café turc
"Cezve", le pot à café turc
Tasse à café turc

L' "ayran" est une boisson rafraîchissante faite de yogourt battu avec de l'eau et
légerement salé.

Le "salep" à base de racines d'orchis et de lait se boit chaud avec de la canelle.

Le "boza" à base de blé ou de mais fermenté se boit exclusivement en hiver.

Le "raki" appelé populairement "lait de lion" (arslan sütü), est un alcool de raisin et d'anis qui devient blanc lorsqu'il est additionné d'eau. Il se consomme très frais, cependant la glace doit être ajoutée après l'eau. Il peut aussi être bu sec, mais dans ce cas une gorgée de raki doit être suivie d'une gorgée d'eau. Le raki est l'accompagnement idéal des "meze" froids et des plats chauds, mais il peut aussi être pris en apéritif. Serefe...! A votre santé...!

Le vin (sarap): on trouve une grande variété de vins turcs blancs, rosés et rouge de qualité.

La bière (bira) : il y a une très bonne production locale.





LE SPORT

Le sport est un élément essentiel en Turquie:

Le football a atteint ces dernières années une popularité énorme. Parmi les clubs les plus importants on compte le Galatasaray connu pour ses succès en Europe,
Besiktas, Denizlispor, Fenerbahçe et Trabzonspor qui ont la meilleure place aux championnat turc.

La Turquie a terminé 3ème lors de la Coupe du Monde 2002.


La lutte est un sport historique en Turquie. La lutte moderne est la spécialité du champion du monde turc Hamza Yerlikaya.


Le Yagli Güres turc (turkish oil wrestling) où les lutteurs s'enduisent d'huile pour rendre les prises plus difficiles. Il prit racine au début de l'ère ottomane . Ce sport est de plus en plus apprécié par le monde occidental pour son image mythique et ses allures rituelles. Chaque année la compétition est renouvelée à Edirne et un nouveau "Pehlivan" (personne très forte) est désigné en présence du Président de la République.


L'haltérophilie, autre épreuve de force, s'est nettement développée en donnant de grands champions comme Naim Süleymanoglu ou Halil Mutlu, le premier s'est même vu attribuer le titre de l'un des 5 meilleurs sportifs de tous les temps avec 3 victoires olympiques successives.

Le " Cirit " : Les Turcs, arrivés d'Asie centrale avec leurs chevaux, introduisirent en Anatolie le sport équestre connu sous le nom de " cirit " (prononcer djirit). Ce sport est une façon de perfectionner l'aptitude à monter à cheval, et confronte deux équipes de cavaliers qui sont munis d'un javelot taillé dans une branche séchée de peuplier, de chêne ou de palmier. Le but du jeu, qui est de poursuivre et d'atteindre l'adversaire alors que le cheval est lancé au galop, demande une grande adresse et un esprit d'équipe.
Le cirit s'est particulièrement répandu dans l'Empire Ottoman à partir du XVIe siècle, devenant le sport martial par excellence. En temps de paix ce sport servait à améliorer l'adresse et les attaques de la cavalerie, et pendant les campagnes, il servait à stimuler l'enthousiasme lors des batailles.
De nos jours ce sport est beaucoup moins répandu, et en dehors de Konya, il est toujours pratiqué dans l'Est et le Sud-East de l'Anatolie (Erzurum, Diyarbakir, Siirt...).


Sureyya Ayhan, la championne d' Europe Munich 2002 du 1500 m, a remporté une médaille d’ argent aux Championnats du Monde d’ Athlétisme Paris 2003. Elle est aussi la gagnante du 1500 m au Golden League de Bruxelles 2003, réalisant la meilleure performance mondiale de 3’ 55’’ 33.