Soðanlý est un village où les femmes tricotent chaussettes et gants de laine aux couleurs vives, et fabriquent de très jolis poupées. Dans la vallée, des églises abandonnées et transformées en pigeonniers ont été retrouvées: l'Eglise du Fauve, l'Eglise à Coupole (Kubbeli Kilise), l'Eglise Ste Barbara, l'Eglise des Têtes Noires (Karabaþ Kilise) etc...






Kaymaklý est une ville souterraine de proportions énormes: salles communes, dortoirs, chambres, cuisines, silos, pressoirs, étables, chapelles, cimetières s'organisaient sur huit étages, et des meules de pierre obturaient les accès et les tunnels. Un système d'aération génial est composé de puits verticaux reliés à des citernes pour les eaux. De très nombreuses villes souterraines ont été dénombrées dans la région. Il est difficile de les dater avec certitude, mais on sait par exemple que Kaymaklý était déja habitée au Ve siècle av. J.C. D'autres sont beaucoup plus récentes. De l'extérieur, il était impossible de déceler l'existence de ces villes dont les entrées étaient cammouflées. Elles servirent d'abris aux populations locales en périodes d'invasions arabes.

D'énormes roues en pierre servaient à obstruer les ouvertures en cas de danger




Derinkuyu est une autre grande ville souterraine sur sept étages qui devait être reliée à Kaymaklý. Comme pour cette dernière, la descente se fait par un réseau de couloirs étroits en pente qui aboutissent à des galeries menant aux différentes sections.







Le Canyon d'Ihlara est une gorge étroite d'une douzaine de kilomètres qui a été creusée par le cours de la riviere Melendiz qui était autrefois plus impétueuse.
Le pittoresque village d'Ihlara s'étend de part et d'autre du canyon.Pour les marcheurs et les amateurs de calme, depuis l'entrée et après avoir descendu 300 marches, un sentier de randonnée au fond du canyon permettra de découvrir de nombreuses églises dont les principales sont Aðaçaltý Kilise (L'Eglise sous les arbres), Yýlanlý Kilise (l'Eglise au Serpent), Sümbüllü Kilise (l'Eglise aux jacinthes), Kokar Kilise.





SULTANHAN

Ce caravansérail seldjoukide est situé sur la Grand Route qui reliait Konya à la Perse en passant par Kayseri, Sivas et Erzurum. Il fut construit par le Sultan Alaatin Keykubat en 1229. C'est le plus grand caravansérail seldjoukide de toute l'Anatolie. Il se compose de deux parties: la grande cour pour les animaux qui en cas de mauvais temps pouvaient partager les parties couvertes avec les hommes. Les caravansérails étaient implantés tous les 25-40 km en fonction de la distance que pouvait parcourir un chameau en un jour. Les marchands et voyageurs trouvaient toutes sortes de commodités à l'intérieur: endroits pour dormir et se restaurer, hammams, mosquées, médecins et vétérinaires, bibliothèques...






AKÞEHÝR


Akþehir est située au nord-est de Konya et au sud du Lac d'Akþehir (Akþehir Gölü). Cette ville est très connue en Turquie grâce à Nasreddin Hodja qui naquit en 1208 dans le petit village de Hortu près de Sivrihisar. En 1237 il vint s'isnstaler à Akþehir où il mourut et fut enterré. Une inscription (épitaphe) découverte sur une pierre indiquait la date 386. En considérant le fait que Nasreddin Hoca avait l'habitude de s'asseoir à l'envers sur son âne, en lisant cette date à l'envers on obtient 683 de l'Hégire (calendrier musulman) qui correspond à l'année 1284-85 qui est la date de sa mort (ceci a été confirmé par d'autres documents). Sa tombe symbolise l'absurdité dans la vie qu'il avait adoré exposer de son vivant : la porte munie d'une énorme serrure se trouve à côté de sa tombe, mais il n'y a pas de murs...
Chaque année, du 5 au 10 juillet le Festival de Nasreddin Hoca se tient à Sivrihisar et à Akþehir où se déroulent des cérémonies humoristiques à sa mémoire.
L'année 1996 a été déclarée l'Année de Nasreddin Hoca par l'UNESCO.