LA CAPPADOCE

Cliquez pour agrandir


La Cappadoce (Kapadokya) est une région d'un intérêt exceptionnel par le caractère fanstastique, presque irréel de ses paysages, par son histoire et par le mode de vie de ses populations. Elle forme un triangle entre Kayseri, Niðde et Nevþehir où culminent deux anciens volcans, l'Erciyes Daðý (Mont Argée) à 3916m et le Hasan Daðý à 3268 m.

La Cappadoce est un vaste plateau de tuf volcanique au relief déchiqueté par des milliers d'année d'érosion: le vent et l'eau y ont sculpté ce paysage unique avec ses canyons, ses cheminées de fées (Peribacalarý) en forme de cônes en pierre tendre coiffés de "chapeaux" en basalte défiant les lois de l'équilibre... Le troglodytisme y est partout et de toutes les époques: habitations, grottes, pigeonniers, églises et monastères.

La Cappadoce est inscrite par l'UNESCO au Patrimoine Mondial de l'Humanité.

Assyriens, Hittites, Perses s'y succèdèrent jusqu'à l'arrivée d'Alexandre en Asie Mineure. Un royaume de Cappadoce fut fondé, mais la région se rallia à Rome au Ier siècle av. J.C.. La pénétration du christianisme arriva tôt avec St Paul qui passa par Césarée (Kayseri) qui devint le centre d'un évêché à partir du IIIe siècle. Puis en 396, l'annexion à l'Empire Romain d'Orient favorisa la christianisation totale de la région. Malgé les invasions arabes, les populations locales restèrent fidèles au christianisme et gardèrent des rapports étroits avec Byzance. Les communautés religieuses eurent une activité particulièrement intense, recherchant des lieux de retraite isolés. Elles se servirent des formations géologiques pour abriter leurs églises et monastères. Les hermites, eux, préférèrent creuser des cônes isolés ou des cheminées de fées. De splendides peintures rupestres paléochrétiennes et byzantines témoignent de leur art sacré et de la succession des périodes "iconoclastes" et "iconographiques". L'apogée de la Cappadoce chrétienne se situe approximativement entre 915 et 1065. Avec l'arrivée au XIIe siècle des Turcs Seldjoukides, la région se dota de mosquées, caravansérails et monuments, et connut un essor économique. Sous les Ottomans, elle entra dans une période de paix, mais ni les arts, ni le commerce ne furent plus florissants. Les monastères furent abandonnés mais une population chrétienne persista jusqu'en 1923, date à laquelle eu lieu les échanges de population entre la Grèce et la Turquie.


Coucher du soleil sur la Vallée Rouge
Vallée de Þahinefendi et le Mt Argée à l'arière plan
Vallée de Pancarlýk
Cheminées de Fées

 

En plus des visites classiques de la région, la Cappadoce est un endroit idéal pour faire des randonnées à pied, à cheval ou à dos d'âne, et à bicyclette de montagne.

Pour ceux qui voudraient vivre une expérience inoubliable, un époustouflant survol en ballon des paysages lunaires de la Cappadoce, est à ne pas manquer.






Aðzýkarahan
est un caravansérail seldjoukide du XIIIe parmi les plus intéressants, qui possèdent d'épaisses murailles renforcées de tours.





Nevþehir
est le chef-lieu de la région. Le Grand Vizir Damat Ýbrahim Pacha de la période des Tulipes ( Lâle Devri début XVIIIe siècle) qui en était originaire de la ville dota l'ancienne Muþkara de la mosquée Kurþunlu "recouverte de plomb" et d'un medrese, de hans, de hammams. La ville prit alors le nom de Nevþehir qui signifie "nouvelle ville". Une forteresse byzantine restaurée par les Seldjoukides et les Ottomans surplombe la ville. Les sections archéologiques et ethnographiques du musée de la ville sont particulièrement intéressantes.




Au nord de Nevþehir, peu avant Gülþehir, se trouve un site appelé appelé " Açýk Saray " qui veut dire " le palais à ciel ouvert " et qui en fait était un village troglodytique constitué de monastères et d'habitations datant du Xe ou Xie siècle. Il est préférable de visiter l'endroit le matin lorsque le soleil éclaire les remarquables façades aux étranges formations.
Dans Gülþehir même, le monument le plus intéressant est le complexe du " Külliye " construit par Kara Vizir Paþa en 1779 de style baroque ottoman, comprenant une mosquée, un medrese et une fontaine.






Au nord de Gülþehir se trouve Hacýbektaþ, rendu célèbre par le mystique Hacý Bektaþ Veli qui est le fondateur de l'Ordre des Derviches Bektaþi. Le Couvent est devenu un lieu de pélerinage de l'Islam Alevi. Chaque année du 16 au 18 août, des dizaines de milliers de personnes appartenant à des communautés qui suivent les enseignements de Hacý Bektaþ Veli, se retrouvent içi pour les cérémonies de commémoration. Des conférences, des expositions, des concours de bardes, des rituels " de semah ", des concerts sont organisés pendant le festival. La Tombe de Hacý Bektaþ Veli est située dans le " Pirevi " (la Maison du Fondateur), à l'intérieur du complexe du " külliye " qui a été transformé en Musée de Hacý Bektaþ Veli.
 
Rituel du Semah