EPHESE

Cette cité de pierre et de marbre est l'une des plus belles du monde antique. Autrefois port florissant relié à Sardes et donc débouché naturel de la Voie Royale, l'envasement lui fit perdre de sa prééminence. Elle connut des implantations successives. D'abord celle des populations autochtones (Amazones, Cariens, Lélèges) qui adoraient la Déesse Mère Cybèle, identifiée plus tard à Artemis d'Ephèse. La deuxième Ephèse fut fondée au XIe siècle av.J.C. sur les pentes du Mont Pion (Panayýr Daðý) par des Grecs Ioniens. Au VIe, elle connut la suzeraineté du roi Crésus, puis fut rattachée à la Perse au Ve siècle. Après sa libération par Alexandre le Grand, un de ses généraux, Lysimaque, fonda la troisième ville entre les Monts Pion et Coressos (Bülbül Daðý). En 190 av.J.C. elle fut confiée au Royaume de Pergame, allié de Rome et en 129 av. J.C passa sous domination de Rome et devint capitale de la province romaine d'Asie, mais fut administrée par ses propres lois. C'est au IIe siècle ap.J.C qu'elle connut son apogée avec une population lettrée et des constructions luxueuses en marbre. Les ruines que l'on visite aujourd'hui datent de cette période.
Ephèse fut non seulement le point de rencontre des religions antiques, mais aussi un lieu de diffusion du christianisme. Entre 55 et 58, St Paul y séjourna deux ans et demie lors de sa troisième mission. De par ses sermons et son prosélytisme, il fit de nombreuses conversions au sein des colonies juives et grecques. Mais les prêtres et tous ceux à qui le culte de la déesse Artemis rapportait, se voyant lésés, une émeute soulevée par leurs puissants partisans obligea Paul à s'enfuir. Il est probable que Paul ait écrit une partie de ses épîtres lorsqu'il fut retenu en captivité à Ephèse. Entre 37 et 48 Jean et la Vierge Marie vinrent à Ephèse et y vécurent. Le christianisme finit par l'emporter sur le paganisme et Ephèse devint la troisième ville du monde chrétien après Jérusalem et Antioche. De 196 à 476, six conciles se tinrent à Ephèse. En 431, l'empereur Théodose II convoqua un troisième concile où le dogme concernant la maternité divine de la Vierge Marie fut établit, faisant d'elle la "Theotokos " (Mère de Dieu), ainsi que la double nature humaine et divine du Christ.
Une des Sept Eglises de l'Apocalypse" fut fondée à Ephèse.
Au VIe siècle, le port totalement envahi par les alluvions du Caystre, la nouvelle ville byzantine s'établit cette fois autour de la Basilique St Jean. Au VIIe siècle les incursions arabes et l'impossibilité pour les bateaux d'accoster au port lui donnèrent le coup de grâce. Conquise par les Turcs fin à la fin du XIVe siècle, Ayasuluk, la cinquième implantation, ne prit le nom de Selçuk qu'en 1914.
Ephèse fut la patrie du philosophe Héraclite au VIe siècle av. J.C..

Les principaux pôles de visite mentionnés ci-dessous se trouvent à l'extérieur ou dans Selçuk même.

Il y a deux entrées principales du site archéologique, mais étant donné que le terrain est en légère pente, il est recommandé de commencer la visite par la Porte de Magnésie.

1 Prote du Marché
2 Fontaine byzantine
3 Octogone
4 Maison close
5 Temple d'Hadrien
6 Thermes de Scholastikia
7 Fontaine de Trajan
8 Porte d'Hercule
9 Hydreion
10 Monument de Memnius
11 Square de Domitein
12 Musée de Inscriptions
13 Fontaine de Polio



Les Bains de Varius sont des thermes qui datent du IIe siècle ap. J.C..

L'Agora d'Etat
était une vaste place publique qui a été remodelée au milieu du Ier siècle ap. J.C.. Elle faisait aussi fonction de basilique.

L'Odéon, du IIe siècle ap. JC., était un auditorium utilisé à la fois comme théâtre et comme bouleuterion pour les réunions civiques.

Le Temple de Dea Roma et Divus Julius (Ie siècle ap. J.C.) était un temple destiné au culte impérial.

Le Prytanée était l'hôtel de ville où se déroulait la vie politique, les cérémonies, les banquets et les réceptions. Dans le Temple d'Hestia, les Courètes qui étaient les prêtresses d'Hestia, devaient entretenir la flamme sacrée éternelle.

Le Mémorial de Memnius

La Fontaine Polio date du IIe siècle et fut restaurée au IIIe siècle. Les fontaines étaient alimentées par des aqueducs.

Le Temple de Domitien fut le premier monument sacré (Ier siècle ap. J.C.) dédié à un empereur romain. Domitien, empereur-tyran, se donna le titre de "souverain-dieu".

La Porte d'Hercule possède deux bas-reliefs représentant Hercule vêtu d'une peau de lion.

La Rue des Couretes est ainsi nommée d'après le nom des prêtresses du Prytanée.

La Nymphéa de Trajan est une fontaine du IIe siècle ap. J.C.. Il reste la base et deux pieds de la statue colossale de Trajan d'où l'eau s'écoulait en cascade.

Les Maisons de la Pente, du Ier siècle ap. J.C., étaient des maisons luxueuses privées. La plupart possédaient trois étages et une cour intérieure découverte. Les maisons étaient richement décorées de mosaiques et de fresques dont il reste de superbes exemples.

Les Thermes de Scholastikia (IIe siècle ap. J.C.) faisaient partie d'un grand complexe de trois étages. Ces thermes furent restaurées au Ve siècle avec des pierres provenant du Prytanée par une dame chrétienne du nom de Christine Scholastikia dont on peut voir la statue assise, remarquable par la beauté de ses draperies.

Le Temple d'Hadrian, construit au IIe siècle ap. J.C., est un très joli temple corinthien dont il reste les belles colonnes et l'arche de la façade du porche (pronaos), ainsi que l'entrée de la Cella. Des frises représentant des scènes mythologiques furent ajoutées au IVe siècle.

Les Latrines, d'usage public, faisaient partie des Thermes de Scholastikia.

La Maison Privée était une "maison close" faisant partie du même complexe. La statue de Priape (le dieu anatolien de l'abondance) trouvée là, se trouve au Musée d'Ephèse.

La Librairie de Celsius fut construite au début du IIe siècle ap. J.C. par le Consul Gaius Julius Aquila en mémoire de son père Julius Celsus Polemaenus, qui y fut enterré. La librairie, qui a été restaurée entre 1975 et 1980, possède une façade à deux étages. L'intérieur se composait d'une grande salle haute comprenant trois étages de niches où des rouleaux et des volumes étaient rangés dans des armoires et sur des étagères dans ces niches. Un mur extérieur entourait le bâtiment afin de le préserver de l'humidité. Les trois entrées sont flanquées par quatre niches avec des statues représentant les vertus de Celsius: Sophie pour la Sagesse, Arète pour la Valeur, Ennoia pour la Pensée et Epistème pour la Connaissance.

L'Agora Commercial (la place du marché) fut construite durant la période hellénistique puis transformée aux Ier et IIIe siècles ap. J.C. Elle est entourée par des stoas derrières lesquelles se trouvent magasins et entrepots. Selon les inscriptions en grec et en latin sur l'attique de la triple porte, celle-ci fut construite par deux esclaves affranchis, Mazaeus et Mithridates, en l'honneur d'Auguste et de son épouse Livia. Une horloge à eau et un cadran solaire combinés se dressaient au milieu de l'Agora où l'on peut encore voir les socles des centaines de statues qui ornaient la place.

La Rue de Marbre
, à l'origine, faisait partie de la voie Sacrée qui s'étendait jusqu'àu Temple d'Artémis en passant par la Porte de Magnésie.

Le Théâtre, à l'origine un théâtre hellénistique du IIIe av. J.C., fut transformé (un mur de scène, la skene, y fut ajouté) et agrandi par les Romains, aux Ier et IIe siècles ap. J.C., qui lui donnèrent son actuelle capacité de
24 000 places. L'auditorium s'élève 30m au-dessus de l'orchestre.

La Voie Arcadiane, d'origine hellénistique, était une avenue à colonnades de 60m de long sur 11m de large, rénovée en l'honneur d'Arcadius au Ve siècle ap. J.C..

La Grotte des Sept Dormants: la légende raconte que sous le règne de l'Empereur Decius, au milieu du IIIe siècle, c'est içi que sept jeunes garçons chrétiens et leur chien qui fuyaient leurs persécuteurs, furent assassinés et retrouvés morts, mais furent ressuscités 200 plus tard . C'est pourquoi des croyants chrétiens voulurent être enterrés à cet endroit, et qu'un cimetière de plus d'une centaine de tombes et des monastères y furent crées.

Ephèse II