APHRODISIAS

Les fouilles dirigées à Aphrodisias par l'archéologue turc Kenan Erim ont révélé des merveilles. Le nom de la cité antique a la même racine que "aphrodisiaque", terme dérivé du nom de la Déesse de la Beauté et de l'Amour Aphrodite qui était aussi le symbole de la vie et de la fertilité sous tous ses aspects. Cette ancienne ville lui était donc dédiée. Fondée au Ve siècle av. J.C., la capitale de Carie fut très florissante durant la période romaine ayant obtenu son statut de ville libre et l'inviolabilité de son sanctuaire accordés par Marc Antoine. Centre religieux, artistique et littéraire d'importance, son école de sculpture était très renommée (les statues étaient sculptées dans le marbre de Carie, marbre local blanc gris-bleu). Le culte licencieux et très populaire d'Aphrodite survécut longtemps au christianisme, c'est pourquoi les Byzantins changèrent le nom d'Aphrodisias en "Stavropolis" (la ville de la croix), et le temple en église.

A voir sur le site:

Le Propylon ou Tetrapylon est une porte monumentale du II siècleap. J.C., élevée sous Hadrien à une intersection d'où une voie menait au Temple d'Aphrodite.

Le Stade est le mieux conservé d'Anatolie. Il mesure 262m de long sur 59m de large avec 22 rangées de gradins et pouvait contenir 30 000 spectateurs.

Le Temple d'Aphrodite, construction de la période hellénistique tardive, était à l'origine un temple ionique de 40 colonnes qui fut modifié et converti en basilique au Ve siècle par les Byzantins. La déesse Aphrodite était à la fois déesse mère apportant fertilité et soulageant de la maladie, ainsi que la déesse de l'amour et de la guerre.

La Résidence de l'Evêque était une ancienne demeure des gouverneurs romains utilisée plus tard par les évêques byzantins.

L'Odéon, de forme semi-circulaire et qui comporte 12 rangées de sièges décorées de pattes de lion, avait une capacité de 1 700 personnes. L'orchestra était orné de mosaiques et de statues conservées au musée d'Aphrodisias. L'Odéon était relié à l'Agora qui aligne des portiques ioniques et où se trouvaient les statues d'importants habitants de la cité.

Les Thermes d'Hadrien (début du IIe siècle ap. J.c.) étaient un imposant centre thermal composé d'au moins cinq grandes galeries, d'une palestre (cour à colonnades) et de nombreuses salles destinées aux diverses phases du bain romain (caldarium, tepidarium, sudatorium...)

Le Portique de Tibère (Ier siècle ap.J.C.) dont la partie centrale est occupée par un grand bassin. Le portique à la colonnade ionique, aurait fait office de gymnase ou de palestre.

Le Théâtre d'une capacité de 10 000 spectateurs fut construit durant la période tardive hellénistique (100 av.J.C.) et modifié à la fin du IIer siècle ap. J.C.

Le Tétrastoon était un lieu de réunion et de marché d'où les citoyens avaient accès au théâtre.

Les Thermes du Théâtre avec le Hall Impérial.

Le Sébasteion
(Ier siècle ap. J.C.) qui veut dire "auguste et noble", était une cour bordée de deux portiques parallèles à trois étages, où l'empereur était adoré.

Le musée
abrite une impressionnante collection de scuptures.



Le Stade

Le Tetrapylon


Le Temple d'Aphrodite

Le Théâtre




PAMUKKALE

Situé près de la ville de Denizli, Pamukkale "le Château de Coton" qui est un site unique naturel, a de tout temps été réputé pour les bienfaits de ses eaux chaudes saturées de calcaire. Elles ont métamorphosé la falaise qui domine la plaine de Denizli en de gigantesques cascades de concrétions blanches où l'eau ruisselle de vasque en vasque le long de stalactites.

La cité antique Hiérapolis fut fondée par le roi de Pergame Eumène II au IIe siècle av. J.C. puis passa aux mains des Romains en 133 av.J.C mais fut détruite par le terrible tremblement de terre de l'an 17 ap. J.C. Reconstruite et devenue, en raison de ses sources chaudes, une grande ville thermale, Hiérapolis atteignit son plus haut niveau de prospérité aux II-IIIe siècles. Comme Laodicée elle accueillit favorablement le christianisme grâce à la nombreuse population juive qu'elle abritait. Elle fut le siège d'un diocèse à la période byzantine.

Pamukkale est inscrit par l'UNESCO au Patrimoine Mondial de l'Humanité.


La Nécropole
est le plus grand cimetière ancient d'Anatolie avec environ 1 200 tombes et sarcophages et tumuli. On y trouve de nombreuses tombes chrétiennes car l'Apôtre Philippe y fut martyrisé et les croyants désiraient être enterrés auprès de lui.

Le Martyrium
, de forme octogonale, construit au Ve siècle là où l'apôtre Philippe aurait été lapidé en 80.

La Basilique
du Ve siècle était à l'origine des bains romains du II-IIIe siècles qui furent transformés.

La Triple Arche
était la porte nord de la ville et était flanquée de deux tours circulaires.


La rue à colonnades
longue de 1190m.

Les Bains Romains
municipaux, immenses bâtiments dans lesquels a été installé le musée.

La Piscine Sacrée
, qui contient des fragments de colonnes couchées du Temple d'Apollon, se trouve à l'intérieur du Motel Pamukkale. Baignade dans l'eau chaude parmi les ruines (ou coup d'oeil) à ne pas manquer.

Le Théâtre
de 20 000 places du IIe siècle ap.J.C., comporte des bas-reliefs représentant l'Empereur Septime Sevère et des scènes dyonisiaques.