LES CROISADES

La Première Croisade eut lieu entre 1095 et 1099 et fut prêchée par le Pape Urbain II et l'Eglise Catholique Romaine afin de reprendre le contrôle de Jérusalem des mains des Musulmans et libérer le Saint Sépulcre, et aussi afin d'aider les Byzantins à lutter contre les Turcs Seldjoukides infidèles avançant au coeur de la Chrétienté d'Orient.
La croisade débuta en tant que Croisade Populaire menée par un moine radical appelé Pierre l'Hermite à la tête d'une horde de fanatiques déchaînés. Une fois arrivés en Anatolie et autour de Nicée , la première capitale des Seldjoukides en Anatolie, ils commencèrent à piller et à massacrer sans discrimination, faisant plus de victimes parmi les Chrétiens byzantins. Le souverain seldjoukide Kýlýç Arslan I , réalisant le danger, fit tomber dans une embuscade cette armée indisciplinée, les tuant presque tous.
La vraie armée de Chevaliers-Croisés se rassembla à Constantinople en 1097. En plus de l' Evêque Adhémar du Puy , le chef spirituel, la croisade était menée par godefroi de Bouillon , son frère Baudoin de Boulogne et le sicilo-normand Bohémond de Tarente , à qui l'Empereur byzantin Alexis Ier Comnène qui ne leur faisait pas confiance, fit prêter un serment de non-agression qui fut à peine respecté. Rejoints par Raimond de Toulouse , Robert de Normandie et Hugues de Vermandois , ils marchèrent sur Nicée , mais Alexis avait déjà négocié la libération, sans demander de rançon, de la famille de Kýlýç Arslan qui se trouvait dans l'est, et ne put arriver à temps pour défendre la ville. Se sentant bernés, le mépris des Croisés envers l' Empereur byzantin ne fit que s'accroître après ce qu'il venait de se passer.
Les Croisés décidèrent de diviser leurs forces : Bohémond devint le chef de la première armée et Raimond de Toulouse celui de la seconde. De Nicée, ils entamèrent leur traversée de l'Anatolie. La première grande victoire qu'ils remportèrent sur les Turcs en juillet 1097 à Dorylée (près d' Eskiþehir ), leur permit de marcher sur Antioche sans rencontrer de résistance. Après trois cents ans de domination arabe, la ville avait été reprise par les Byzantins en 969, puis en 1079 était passée aux Arméniens et était aux mains des Turcs seldjoukides depuis 1079 lorsque les Croisés arrivèrent. Bohémond assiègea Antioche en octobre 1097. La ville bien fortifiée, qui ne pouvait être prise par la force, tomba le 3 juin 1098 avec l'aide de Firouz, un Arménien qui laissa pénétrer les Croisés à l'intérieur de la place. D urant cent soixante dix ans Antioche devait devenir une principauté franque sur laquelle règna Tancrède lorsque son oncle Bohémond fut fait prisonnier par Malik Shah en 1100, puis des querelles dynastiques s'ensuivirent, marquant cette période. En 1098, Edesse et sa région, tombant aux mains de Baudoin de Boulogne, devait être érigée en comté pendant près de cinquante ans.

En juin 1099, le second groupe quitta Antioche, longeant la côte vers le sud: Raimond de Toulouse marcha sur Tripoli, et Godefroi de Bouillon sur Jérusalem qu'il conquit et pilla, massacrant les poputions juive et musulmane de la ville. Cependant Godefroi refusa de prendre le titre de roi, disant qu'aucun homme ne devrait porter une couronne là où le Christ avait porté la couronne d'épine. En contrepartie, il prit le titre de  Défenseur du Saint Sépulcre . Lorsqu'il mourut l'année suivante, son frère et successeur Baudoin I, moins scrupuleux, se fit couronner immédiatement Roi de Jérusalem . Il agrandit le royaume, capturant les villes-portuaires d'Acre , Sidon et Beyrut. Tyr fut prise ultérieurement par son successeur et cousin Baudoin II .

La Première Croisade fut la seule à réussir dans ses objectifs.

 

 

Prise de Jérusalem par les Croisés, miniature

Pour la défense de ces conquêtes et afin d'assurer la sécurité des pélerins européens qui affluèrent vers Jérusalem, deux grands ordres militaires religieux furent créés. L' Ordre des Chevaliers du Temple (les Chevaliers du Temple de Salomon) fut fondé en 1118 par Hugues de Payens, son premier Grand Maître, et huit de ses compagnons qui se lièrent par un voeu prononcé en la présence du Patriarche de Jérusalem. L'Ordre de l'Hôpital de St Jean, ou Ordre des Chevaliers Hospitaliers (1113), était à l'origine voué à s'occuper des malades et des blessés, puis se développa, servant aussi d'escorte armée aux pélerins.

Sceau des Templiers
“Sigillum Militum Christi”
Sceau de Bohémond III Prince d'Antioche

La Deuxième Croisade fut prêchée par Bernard de Clairvaux sur ordre du Pape Eugène III . La croisade eut lieu entre 1145 et 1148 après qu' Edesse (l'état croisé le plus faible et le moins latinisé) ait été recapturé par Zengi , l'Atabey de Mosul et d'Alep. La croisade fut menée par le Roi des Romains Conrad III de Hohenstaufen et Louis VII de France . Lorsque l'armée germanique fut anéantie sur le territoire turc parc le sultan seldjoukide Mesud I en 1147 à la Bataille de Dorylée ( Eskiþehir ), Conrad se réfugia à Nicée où il retrouva le Roi de France. Alors que Conrad, tombé malade, retourna à Constantinople d'où il embarqua pour la Terre Sainte, Louis VII s'en alla par voie de terre. En janvier 1948, alors qu'elle se rendait à Attalaia ( Antalya ), l'infanterie française fut attaquée et décimée par les Turcs. Louis VII décida d'embarquer pour Antioche avec sa suite et un grand nombre de chevaliers, où il arriva le 19 mars 1148. Le restant des croisés partit à pied pour Antioche, mais moins de la moitié d'entre eux y parvint, arrivant à la fin du printemps. Au début de l'été, Louis arriva finalement à Jérusalem où il retrouva Conrad. De là, ils décidèrent d'attaquer Damas qui représentait la principale menace pour Jérusalem, mais en l'espace de quelques jours, ils essuyèrent de telles pertes qu'ils choisirent de retourner chez eux. La Deuxième Croisade fut un échec.

La Troisième Croisade (1189-1192) fut lancée après que Jérusalem ait été reprise par les armées de l'Islam conduites par Saladin , le premier sultan ayyoubide. Elle fut dirigée par le Duc de souabe, Roi des Romains et Empereur Germanique Frédérique Ier Barberousse , qui fut le premier à partir. Choisissant de traverser l'Anatolie avec son armée, il pénétra en territoire byzantin et captura Philippopolis (Bulgarie) et Hadrianopolis ( Edirne ), mais ne s'y attarda pas car il apprit que l'Empereur Isaac II Ange avait traité en secret avec Saladin. Frédérique prit Konya, la capitale seldjoukide, le 18 mai 1189 mais se noya dans les eaux du Calycadnos (Göksu) en 1190. Privées de leur chef, ce fut la débandade parmi ses troupes qui furent rapidement vaincues.
Le Roi de France Philippe II Auguste et le Roi d'Angleterre Richard Ier Coeur de Lion voyagèrent par voie de mer. Après une escale de quelques mois en Sicile, Philippe partit directement pour Tyr, alors que Richard captura d'abord Chypre (qu'il vendit plus tard au roi de nom de Jérusalem, Guy de Lusignan) avant de débarquer à Acre où il joignit le siège. La Troisième Croisade fut également un échec car les Croisés ne purent pas reprendre Jérusalem, mais Richard et Saladin conclurent un traité par lequel la ville resterait sous contrôle musulman, autorisant les pélerins chrétiens non armés à la visiter. Une bande côtière depuis Ascalon jusqu'à Antioche fut rendue au contrôle des Croisés et Saint-Jean d'Acre devint la capitale nominale de ce qui restait du Royaume de Jérusalem.

La Quatrième Croisade fut à l'origine lancée en 1198 par le Pape Innocent III (qui passa la majeure partie de son pontificat à prêcher une croisade) afin de conquérir l'Egypte et de reconquérir Jérusalem. Ce fut la dernière des grandes croisades dirigées par la Papauté avant que les papes n'abandonnent leur pouvoir au Saint Empire Romain et autres monarques séculiers. En 1201, le Doge de Venise Enrico Dandolo passa un accord avec les seigneurs français, comme quoi il fournirait des navires pour le transport ainsi que des vaisseaux de guerre, et prendrait part aux conquêtes durant la croisade. A l'époque, les relations entre Constantinople et Venise n'étaient pas bonnes. Venise avait longtemps bénéficié de droits commerciaux spéciaux dans la cité, mais les derniers temps elle s'était vu réduire considérablement ses privilèges. L'Empereur Manuel I Comnène qui songeait à reconquérir l'Empire Romain par la force, et tout spécialement l'Italie, avait ordonné en 1171 l'arrestation en masse des Vénitiens dans tout l'Empire, et en 1182 à Constantinople, un grand nombre de Latins avaient été massacrés. Isaac II Ange renouvela leurs privilèges, mais Alexis III Ange harcela les Vénitiens, favorisant les Génois et les Pisans. Suite à des évènements majeurs survenant à Constantinople, la Quatrième Croisade échappa rapidement au contrôle papal et prit une tournure dramatique loin de la Palestine. Détournant d'abord la croisade sur Zara (Croatie), en 1204 les Croisés finirent par attaquer et piller Constantinople , chassant l'Empereur byzantin et installant un des leurs à sa place. La conquête de Constantinople , en avril 1204, marqua la fin de la Quatrième Croisade.


1204 - Prise de Constantinople par les Croisés, miniature


La
Cinquième Croisade , qui ne traversa pas l'Anatolie, fut la dernière grande croisade organisée par l'Europe. Le Pape Innocent III lanca un appel en 1215 lors du Quatrième Concile de Latran, mais il mourut en 1216 sans en avoir vu les résultats. Honorius III lui succèda mais peu de monarques répondirent à son appel. Cependant, en 1217 Léopold VI d'Autriche fut le premier à partir et fut suivi par André II de Hongrie , Hugues Ier de Chypre et Bohémond IV d'Antioche . De plus, des petites armées de barons, comtes et seigneurs français et allemands s'embarquèrent depuis l'Italie vers Acre où ils y rallièrent aussi Jean de Brienne , le Roi nominal de Jérusalem. Au cours de l'hiver 1217-1218, ils participèrent à des opérations militaires de petite envergure, mais ils savaient que cela ne servirait à rien d'attaquer Jérusalem tant que l'Egypte resterait toute puissante. Ils décidèrent donc d'attaquer l'Egypte et mirent le siège devant Damiette, mais les forces chrétiennes était considérablement afaiblies depuis qu'André, Bohémond et Hugues étaient rentrés chez eux au début de l'année 1218. Le Pape Honorius III, convaincu comme Innocent III qu'une croisade ne pouvait réussir que lorsqu'elle était menée par l'Eglise, en septembre 1218 envoya une armée conduite par le Cardinal Pélage qui devint alors le vrai chef des Chrétiens. Les Croisés prirent Damiette en novembre 1219, mais les maladies décimèrent un grand nombre d'entre eux. Le Sultan offrit de rendre en entier le territoire du Royaume de Jérusalem si les Croisés quittaient l'Egypte. Le Roi Jean accepta mais le cardinal Pélage refusa l'offre et décida d'attaquer le Caire. Malgré les renforts envoyés par Frédéric II (qui lui-même ne vint pas), leur marche sur le Caire fut désastreuse. Finalement, en août 1221, les Croisés furent forcés par le Sultan Al-Kamil d'accepter un traité de paix, et Damiette fut rendue aux Egyptiens. Les Croisés s'en retournèrent chez eux, ayant échoué une fois de plus.

La Sixième Croisade fut menée entre 1228 et 1229 par le Roi de Sicile, Roi des Romains et Empereur Germanique Frédéric II de Hohenstaufen , qui ne s'était pas joint à la Cinquième Croisade pour des raisons de politique intérieur. En 1225, il se maria avec Yolande de Jérusalem , la fille de Jean de Brienne , le Roi nominal de Jérusalem. Ayant longtemps été sous la pression papale, c'était maintenant l'occasion pour Frédérique de s'acquitter de son voeu de croisade fait en 1215 et à nouveau en 1220. En 1227, il était prêt à s'embarquer lorsqu'il tomba malade et fut excommunié par Grégoire IX à cause de toutes ces années de retards répétés. Ignorant la décision du pape, il partit finalement en juin 1228. Entre temps, sa femme Yolande, Reine de Jérusalem, mourut après la naissance de leur fils Conrad . L'Empereur arriva à Acre en septembre mais trouva les Templiers, les Hospitaliers et les barons locaux peu disposés à coopérer avec un excommunié. Comme il ne se voyait pas faire la guerre dans ces conditions, il mena sa croisade par des négotiations diplomatiques avec Al-Kamil , le Sultan Ayyoubide d'Egypte. Un traité fut signé, par lequel Jérusalem , Bethléhem et Nazareth étaient rendues aux Chrétiens. En échange, les Musulmans obtenaient le libre accès vers et à l'intérieur de la ville dans laquelle ils conservaient leurs possessions. Une trève de dix ans fut également conclue, permettant à Al-Kamil de se concentrer sur la réunification de la Syrie et de l'Egypte. Frédéric II entra dans Jérusalem le 17 mars 1229. Le Pape et le Patriarche de Jérusalem condamnant tous deux le traité, le 18 mars, il se couronna Roi de Jérusalem. Légalement, cependant, il était vraiment devenu régent pour son fils, le futur Conrad IV . Mais le patriarche plaça Jérusalem sous interdit. En libérant Jérusalem, Frédéric n'avait seulement réussi qu'à se faire hair par la plupart des barons palestiniens. Il repartit en mai 1229 afin de faire face à la menace du pape qui avait commencé à attaquer ses possessions en Italie.

De nombreuse croisades suivirent, mais la Septième Croisade fut la dernière des grandes croisades.

La Septième Croisade fut entreprise sur l'initiave de Louis IX de France ( Saint Louis) après que Jérusalem ait été reprise par les Musulmans en 1244. Louis IX prit la croix en 1244, mais ne partit qu'en 1248. Il navigua jusqu'à Chypre où il fut rejoint par le Grand Maître de L'Hopital, le Grand Maître du Temple, et de nombreux barons palestiniens. L'Egypte devait à nouveau être prise pour cible, car vaincue, le futur de la Terre Sainte était assuré. Damiette tomba une fois de plus en juin 1249. Le vieux sultan Ayub , qui mourut en novembre, offrit Jérusalem en échange de Damiette, mais les Croisés, sûrs d'avoir un avantage sur les Egyptiens et leur armée de Mamelouks (soldats esclaves), refusèrent et menèrent une expédition sur le Caire. Ils vainquirent le commandant égyptien Fakhr ad-Din qui fut tué, mais en février 1250, le frère du roi, Robert d'Artois , et les Templiers tombés dans un piège à Mansourah , furent tués par le nouveau chef mamelouk Baibars . Turanshah , convoqué par la sultane, arriva de Syrie au Caire et captura Louis IX et son armée qui battait en retraite. En mai une révolution éclata, aboutissant à une nouvelle rupture entre le Caire et Damas : mal traités par le sultan, les Mamelouks se révoltèrent et Baibars tua Turanshah. Les sultans esclaves Mamelouks allaient alors règner sur cette partie du monde pendant près de trois cents ans. Damiette fut rendue aux Egyptiens, et Louis IX fut libéré moyennant une forte rançon dont seule la moitié fut payée. Il s'embarqua pour Acre et demeura en Terre Sainte jusqu'en 1254, aidant au renforcement des colonies chrétriennes. En 1251, Louis IX promit d'apporter son aide aux Mamelouks contre les Ayyoubides de Damas et négocia un échange de prisonniers et la levée du reste de la rançon. En 1253, Yusuf , un arrière petit-fils de Saladin, fit appel au Caliphe de Bagdad afin de trancher entre lui et le sultan Mamelouk. Le caliphe, plus concerné de les unir contre les envahisseurs Mongols , réussit à faire oublier l'alliance avec les Chrétiens. Louis repartit en France en avril 1254.

La Huitième Croisade fut lançée en 1270 par Louis IX de France, hanté par son échec, en réaction à la chute de Jaffa et d' Antioche . Il attaqua Tunis en premier lieu et obtint victoire, mais la croisade tourna court lorqu'il mourut en août 1270, emporté par une fièvre.

La Neuvième Croisade fut menée entre 1271 et 1272 par le Prince Edouard (le future Edouard Ier d'Angleterre). Il débarqua à Acre mais se retira l'année suivante, après avoir conclu une trève. En 1289, Tripoli tomba aux mains des Musulmans, et en 1291 Acre , le dernier bastion chrétien, suivit. A la suite de la chute d'Acre, aucune nouvelle croisade ne fut entreprise bien que plusieurs aient été prêchées.