LES CAMPAGNES


La moitié de la population nationale est rurale et vit en grande partie de l'agriculture. Malgré les changements intervenus avec les progrès économiques et la mécanisation de l'agriculture, le paysan turc est resté très traditionnel dans son mode de vie. La majorité des villages se suffisent à eux-mêmes: en vue de passer l'hiver, ils produisent leur propre nourriture avec les produits des récoltes estivales et automnales.

Le paysan est généralement propriétaire des terres qu'il travaille. Cependant la grande propriété reste importante surtout dans les plaines. Une population tribale de nomades ou semi-nomades pratique encore des migrations saisonnières agricoles travaillant dans les grandes exploitations (ramassage du coton, du tabac, des noisettes,des olives, du thé, des agrumes, du riz), et des migrations pastorales.


En fonction de la région et des conditions climatiques et économiques, les types d'habitation varient:
badigeonnées à la chaux ou de couleurs pastels dans les régions égéenne et méditerranéenne; en pierre, pisé ou torchis dans le centre; en bois dans la région de la Mer Noire; austère, en pierre sombre, basse avec très peu d'ouvertures dans l'est.





Dans un village typique, les maisons toutes avec une cours, sont construites autour de la place centrale. On y trouve une mosquée, une école, quelques échoppes et l'incontournable café (kahve) où les hommes, attablés, passent le plus clair de leur temps en dehors de leur travail, buvant le thé traditionnel dans des petits verres.
Grand lieu de discussion, ils y lisent aussi le journal, regardent la télévision, jouent au tric-trac (tavla) ou aux cartes.